Dix caméras mobiles installées à Namur pour lutter contre les dépôts de déchets clandestins

Dix caméras mobiles installées à Namur pour lutter contre les dépôts de déchets clandestins

Dix nouvelles caméras vont être mises en place pour tenter de contrôler les dépôts clandestins. Les caméras sont fixes mais elles sont déplacées de manière régulière pour surveiller les points noirs et identifier les contrevenants. Un pouvoir dissuasif et répressif.

Les lieux sont choisis en fonction des indications et des plaintes des citoyens mais aussi par le service propreté publique de Namur : « Le fonctionnement de ces caméras est de dernière génération puisqu’il repose sur un algorithme capable de détecter instantanément toute infraction environnementale se déroulant devant elles, explique la Ville par communiqué. L’objectif principal est ainsi de préserver et de restaurer l’environnement en luttant, via la répression, contre les incivilités, en particulier les dépôts sauvages de déchets sur l’espace public et ainsi mettre fin au sentiment d’impunité ».

Les images captées permettront aux agents de la commune de remonter le temps et d’identifier les plaques des véhicules des personnes qui déposent les déchets. Les rapports seront ensuite envoyés aux fonctionnaires sanctionnateurs. Charlotte Deborsu, Échevine en charge de la propreté publique, souligne l’importance de cette action : « Nous voulons avant tout mettre fin au sentiment d’impunité et dissuader les comportements irrespectueux envers notre environnement. Il est temps que chacune et chacun prenne ses responsabilités. Nous sommes plus déterminés que jamais à traquer les incivilités. La propreté de notre ville est l’affaire de toutes et tous.« 

Des amendes allant de 300 euros à jusqu’à 200.000 euros peuvent être délivrées.

VERS L’ARTICLE

Share this post